12 novembre 2019

Eglise Saint-Hubert – Avis négatif de la Commission Royale des Monuments et Sites.

Début d’enquête publique 21-10-2019
Fin d’enquête publique 25-11-2019
Commission de concertation 12-12-2019

Pétition « du bon sens »

4 novembre 2019

Eglise Saint-Hubert – Enquête publique

Les riverains de l’église Saint Hubert ne sont absolument pas opposés à la rénovation de l’église qui est abandonnée mais favorables à un projet de qualité qui améliore la vie du quartier et non l’inverse.
Si vous avez un avis, il est important qu’il soit signalé pour la fin de l’enquête publique . Il est obligatoire pour la concertation que l’ensemble des avis soit repris dans le PV , C’EST CE QUI FAIT LE POIDS LORS DE LA DELIVRANCE OU NON DU PERMIS .
C’est donc le moment de faire valoir votre avis en envoyant vos remarques à l’adresse : ar-the@skynet.be
Les plans déposés pour l’église Saint Hubert par le promoteur BELL Tower peuvent être téléchargés ici.

Pétition « du bon sens »

30 octobre 2019

COMMENT NOS POLITICIENS ENVISAGENT D’AMÉLIORER NOTRE QUALITÉ DE VIE ?

La semaine passée a eu lieu à Auderghem une réunion d’information concernant le PAD Hermann-Debroux (Plan d’Aménagement Directeur). Car comme vous le savez sans doute, notre gouvernement bruxellois a déjà décidé la démolition du viaduc (approbation en première lecture de ce PAD le 16 mai 2019).
Si ce projet part d’une bonne intention : « améliorer la qualité de vie des bruxellois et en particulier des auderghemois » (sic), nous ne voyons nulle part comment concrétiser ce noble objectif.
En effet, ce viaduc est bien un coup de poing dans le paysage, mais il permet l’entrée et la sortie de nombreux véhicules dans Bruxelles. Et donc, nous cherchons vainement ce qui permettra aux navetteurs de rentrer et sortir de la ville :
• le RER, plus personne n’ose avancer une date sérieuse pour sa mise en service,
• un parking de dissuasion près de l’Adeps : il est dérisoire par rapport au flux de voitures et en plus il ne fera que compenser ceux qui seront supprimés à Delta et au Carrefour,
• pour raccorder ce nouveau parking, on imagine de faire faire au tram 8 un crochet par l’Adeps !
Pour le reste, aucune solution réaliste pour les navetteurs. Et suivant un principe physique bien connu, le trafic s’écoule comme l’eau : par là où il peut, c’est à dire par toutes les petites rues adjacentes au viaduc. Les riverains peuvent donc s’attendre à voir une nette augmentation du trafic dans leur rue. Merci pour l’amélioration de la qualité de la vie…alors que l’objectif non déclaré de nos gouvernants c’est tout simplement d’empêcher les véhicules de rentrer dans Bruxelles.
Bien sûr, tout cela se fait en soi-disant concertation avec les riverains. Mais nous savons depuis longtemps que nos politiques confondent sans scrupule concertation et communication unidirectionnelle ! (Cf la réunion du 22 octobre)
Il nous reste une occasion de nous faire entendre, c’est l’enquête publique. Celle-ci se déroule du 10 octobre au 9 décembre. Vous pouvez y accéder via ce  lien. Et surtout, ne vous découragez pas, si vous avez l’impression qu’il faut avoir fait un doctorat en urbanisme pour y répondre, car c’est bien le but de nos gouvernants d’avoir le moins de questions/remarques possible.

Pétition « du bon sens »

7 octobre 2019

LE POINT SUR ARCHIDUCS-NORD

Le 25 septembre nous avons pu assister à la présentation par les architectes du projet Archiducs-Nord. Et ce, en présence de représentants de la SLRB et du Collège Communal (propriétaire final).
Il va de soi qu’il s’agissait de la première phase de 40 logements (dont 2 groupements collectifs : Cogeneris et Reliance). La seconde phase (25 logements) se décidera ou non à l’issue du PPAS qui devrait débuter incessamment.

C’est un consortium de 2 bureaux d’architecture qui a gagné le concours : Urban Platform et MSA.
De par sa position de maître d’ouvrage, c’est la SLRB qui a sélectionné ce projet, suite aux recommandations du Comité d’avis. Celui-ci comprenait des représentants de l’administration communale, de la SLRB, de l’urbanisme régional, du Bouwmeester, ainsi que de Reliance et Cogeneris et des experts externes.

Le projet se présente sous la forme de 4 blocs indépendants, mais à ce stade, ils ne respectent pas la hauteur maximale du cahier des charges. Les blocs sont reliés par une « agricothèque » (structure métallique située devant les bâtiments), sur laquelle on ferait pousser de la verdure. Le projet comporte 42 parkings souterrains, dont l’entrée est située sous le premier bloc, dans l’avenue des Princes Brabançons.

Suivant les remarques du Collège, de la SLRB et du Comité d’avis, les architectes doivent retravailler leur projet. Une nouvelle esquisse sera donc présentée au mois de novembre et l’avant-projet devrait être terminé en février 2020. La demande de permis se ferait au mois d’août. Et le début des travaux serait pour novembre 2022.

La soirée était instructive pour ceux qui s’intéressent au devenir de notre quartier. Elle a permis aux personnes présentes de faire des remarques. Dommage que le facilitateur, Habitât et Participation, ne nous ait pas permis de poser toutes nos questions…

Maquette présentée lors de la réunion du 25 septembre 2019.

Pétition « du bon sens »

26 septembre 2019

SAULE ou comment organiser une pseudo-concertation ?

Voici les sept règles essentielles du manuel de survie permettant d’organiser une pseudo-concertation :

1) vous lancez votre invitation pour les pseudo-ateliers très peu de temps avant la date de ceux-ci (maximum 4 jours).
Petit plus : vous les prévoyez pendant la journée et en semaine…

2) vous changez d’animateurs très souvent : ceux qui seront là pourront toujours protester de leur bonne foi « je ne sais pas ce qui a été discuté la fois précédente : je n’étais pas là ».

3) vous invitez des personnes qui ne sont pas du quartier, idéalement des amis ou tout au moins des sympathisants de votre projet.
Petit plus : si quelqu’un avait l’outrecuidance de leur demander s’ils sont du quartier, vous leur donnez comme consigne de répondre « cela ne vous regarde pas ! » (sic !)
Petit plus supplémentaire : idem pour les animateurs des ateliers, l’idéal est qu’ils restent anonymes…

4) vous soumettez des propositions aberrantes : plus vous monopolisez le temps de parole, moins les « participants » auront l’occasion d’exprimer des idées contraires à celles que vous voulez imposer.

5) vous vous arrangez pour que le matériel mis à la disposition des « participants » des ateliers soit mal conçus voire incomplets : les « participants », en les critiquant, auront l’impression de participer à votre atelier.

6) vous prévoyez un petit nombre d’exemplaires du matériel. Il est en effet impératif qu’aucun des « participants » ne puisse emporter le moindre matériel qui pourrait vous être opposé à un prochain atelier ou, pire, à la réunion finale !

7) surtout vous ne promettez aucun procès-verbal : vous pourriez être obligés de reprendre dans ceux-ci les idées de vos contradicteurs !
Petit plus : si quelqu’un insiste, répondez par l’affirmative. Avec un peu de chance, comme lui n’est pas payé pour assister à ces ateliers « participatifs », il ne sera pas là au prochain atelier.

Si vous pensez que ceci est une pure fiction, il vous suffisait de « participer » à l’atelier organisé par SAULE, le 6 septembre dernier aux Trois-Tilleuls. Vous en auriez eu la démonstration « in vivo ».

Pétition « du bon sens »

29 juillet 2019

Peut-être aurez-vous lu la déclaration de politique générale de notre nouveau gouvernement bruxellois et en particulier le chapitre consacré au logement ? (1)
M. Vervoort entend mettre en place un plan d’urgence pour la politique sociale du logement, pour apporter une réponse concrète à 15.000 ménages bruxellois en attente d’un logement social. C’est étonnant qu’il nous parle d’urgence, alors qu’il est au pouvoir depuis 2 législatures, c’est à dire depuis 10 ans. On pourrait donc en conclure que sa politique du logement social n’a pas bien fonctionné pendant ces 10 années.
Effectivement à chaque législature, il y avait un objectif de construire 5000 logements sociaux, et force est de constater qu’on est loin du compte après ces 2 législatures.
Les raisons de ce retard sont nombreuses, mais il en est une que nous voudrions souligner : dans plusieurs cas les projets ont été freinés/bloqués par des riverains.
Ces projets étaient pensés en dépit du bon sens, de manière exagérée par rapport à capacité de l’environnement et sans aucune concertation avec les riverains. Nous observons ce phénomène à Watermael-Boitsfort, Woluwe Saint Pierre et Anderlecht.
Alors que dans la majorité des cas les riverains ne sont pas opposés aux constructions, ils demandent seulement qu’elles soient raisonnables, qu’elles ne défigurent le quartier et que les conséquences environnementales et la mobilité soient étudiées sérieusement.
M. Vervoort aurait pu gagner bien du temps, s’il avait accepté de se concerter avec les riverains (2). Mais au lieu de cela, il a préféré envoyer son bulldozer, appelé SLRB, pour qui la concertation n’existe pas. La SLRB ose même écrire « qu’il ne faut pas demander l’avis des riverains, car si on ne suit pas leur avis, ils seront encore plus mécontents ». Et quand la SLRB est obligée par la loi d’organiser une concertation, elle en fait un simulacre au cours duquel les riverains ne sont pas écoutés mais simplement informés de ce qui a été déjà et irrévocablement décidé pour eux.
Dans sa nouvelle déclaration de politique générale M. Vervoort nous dit que « l’élaboration et le suivi du plan d’urgence associeront largement les opérateurs publics du logement, ainsi que le secteur associatif et immobilier ». Nous sommes donc très curieux de voir si les riverains seront enfin impliqués sérieusement dans les projets de construction, ce serait pour M. Vervoort l’occasion d’apprendre de ses erreurs et d’être plus efficace dans son urgence.


(1) Vous pouvez prendre connaissance de l’intégralité de la déclaration de politique générale en consultant notre page « Région et Commune ». 

(2) Rappelons que nous avons trois lettres adressées à l’ex cabinet Fremault (mai 2017, octobre 2017 et avril 19) et une lettre adressée au Cabinet Vervoort (octobre 2017) auxquelles personne n’a jugé utile de répondre.

Pétition « du bon sens »

12 juillet 2019

Pétition « du bon sens »

14 juin 2019

lien vers l’annexe ici.

Pétition « du bon sens »

15 mai 2019

Nous publions ci-dessous notre réponse à la lettre de le la SLRB du 13 mai.


Pétition Aarhus Petitie

13 mai 2019

Nous publions ci-dessous la réponse de la SLRB à notre lettre du 2 avril 2019.


Pétition Aarhus Petitie